Une communauté de 20.000 français environ sur Shanghai

Dans le cadre du programme AMP de L’EM Lyon, les « jeunes » étudiants dont je fais parti devaient se trouver une mission en Chine et plus précisément proposer une action dans la ville de Shanghai… Shanghai la devanture de la Chine au yeux du Monde…

Comme mon sport favori est d’aller à la rencontre des entrepreneurs de TPE et PME, j’ai décidé de prendre ma caméra pour aller rencontrer ces spécimens français qui ont tenté l’aventure dans le pays le plus peuplé au monde. Monter une boîte dans un petit bled français comme Brignais est déjà un truc qui n’est pas anodin mais alors bâtir une boîte à Shanghai quand on ne parle pas le chinois et que l’on doit se construire un réseau d’affaires, je me dis que les gars que je vais rencontrer sont, sans nulle doute, des mutants… Et honnêtement, je n’ai pas été déçu…  J’ai rencontré des entrepreneurs et des dirigeants d’entreprise français heureux et avec un « jus » incroyable !
Comme à chaque voyage, je suis revenu avec la patate car tout est donc bien possible même quand on est un petit français ;-)

Les entrepreneurs français et chinois qui m’ont accueilli à bras ouverts I Retrouvez leur interview en fin d’article

Petite introduction à l’Université de Shanghai sur la culture et sur l’économie chinoise

Alors que je pensais trouver des gens avec des chapeaux pointus et poussant des touks-touks, je découvre que tout le monde est ultra connecté…

A l’image de mes derniers voyages à Dubai et en Californie , j’ai bien entendu décidé de laisser au placard mes préjugés de français qui donne des leçons à tout le monde… J’ai donc ouvert mes oreilles et écouté un maximum sur l’économie, la démocratie, le social, les conditions de travail et l’innovation… Au final, je me dis que l’on ne sait définitivement jamais rien tant que l’on ne s’est pas déplacé dans un pays..

Bien sûr Shanghai n’est pas la Chine, comme Paris n’est pas la France et comme New-York n’est pas les USA mais quand même… Ce séjour m’a vraiment permis de faire tomber beaucoup d’idées reçues avec de nombreuses découvertes et de surprises.

 

Surpris par exemple que les salaires sur Shanghai dans des sociétés du web, d’informatique ou de maintenance industrielle soient les même que chez nous… Très surpris de découvrir également que le montant des charges sur salaire est identique dans l’agence digitale de Benoit Raoult (Jumo Group) que dans la mienne à Brignais… Shanghai est donc une métropole qui n’est finalement pas très éloignée des codes de New York ou de Hong-Kong (une autre chinoise)… Tout semble aller très vite et tous les codes mondiaux sont là… J’ai cherché des chinois avec des chapeaux pointus et des touk-touk mais je n’en ai pas trouvé… Ok,  je suis à Shanghai et non pas dans le village de Basha où l’on vit encore de la chasse quotidienne. C’est vrai, c’est vrai, il faut garder ça en tête.

Le métro de Shanghai est ulta moderne (16 lignes) I Les smartphone sont de sortie (Huawei I Appel I …

Une gare giganstesque pour prendre le « TGV » chinois I Direction hangzhou, « le village » (9 millions d’habitants) des startups technonologiques

Même pour les produits de contrefaçon, j’ai un peu « galéré » pour en dénicher… En cherchant on trouve mais, à priori, c’est beaucoup moins voyant qu’il y a une dizaine d’années car le gouvernement fait officiellement la chasse à ce fléau pour nos marques européennes. En tentant d’enrayer la contrefaçon, le gouvernement chinois souhaite également sortir de cette image bas de gamme qui colle aux basques des ancêtres de Mao… Entre nous, sortir de la copie sera quand même compliquée car les chinois ne semblent pas être de grands créatifs dans l’âme…

Besoin d’un Vélo? Sors ton appli et pédale ! Besoin de payer un coup à boire? Dégaine ton téléphone et paye sur le champs!

Michel Li me paye un bon perrier avec son téléphone grâce à Alipay

Plein de restaurants superbranchés dans le quartier de la concession Française I On se croirait à San Francisco sauf que là aussi on peut payer avec son téléphone

Notons, toutefois, quatre à cinq trucs vraiment différents qui m’ont quand même fortement marqués… Tout d’abord, la majorité des habitants paye tous leurs achats avec leur téléphone… Michel Li, entrepreneur chinois m’a par exemple offert un Perrier au café Lumière proche du Shanghai Indoor Stadium avec son smartphone via Alipay (du géant web Alibaba). La carte bleue sans contact semble déjà « has been »… Oups c’est quand même un petit choc…

Nous faisons les malins avec nos Velo’V… Mais sachez qu’à Shanghai tout le monde a accès à des vélos super design, increvables et même électriques  et qu’il suffit d’avoir l’application mobile pour géolocaliser un vélo puis le débloquer… Pas de station de départ ou de retour… Chacun dépose son bike la où il le veut… Bon d’accord chez nous, tout serait ruiné en deux minutes mais ce n’est pas le débat… Je profite de cette remarque bien française d’auto flagellation pour souligner que je découvre un environnement général ultra « safe »… Tu peux te balader en toute tranquilité sans risque de tomber sur quatre lascars qui en veulent à ton portefeuille… Dixit mes interlocuteurs français… Pour l’image des lascars, c’est moi qui brode un peu mais c’est pour ajouter un peu de sensationnel à mon récit…

Tu sors ton appli I Tu cherches un vélo puis tu le débloques avec ton smartphone I Arrivé à destination, tu le laisses bien en vrac au milieu du trottoir ;-)

La Chine, usine du monde… Un modèle en fin de vie?

Au cours de la visite de « Indochine », une boite de textile de 20.000 âmes, le Boss, un indien, confirme que désormais dans sa société les chinois sont plus à la conception qu’à la fabrication. Les petites mains se trouvent surtout au Bangladesh, en Inde et autres pays en voie de développement… Sans exagérer et en gardant en tête que nous sommes toujours à Shanghai, la Chine sort progressivement de son rôle d’Usine du monde… Les salaires augmentant chaque année, les conditions de travail s’améliorant (1 jour de repos par semaine), la main d’oeuvre chinoise apparait de moins en moins « intéressante » en terme de coût. Pour preuve, même les entrepreneurs français comme Dov Azoulay d’Hangzhou qui « sourçaient » des produits en Chine pour les vendre en France et en Europe commencent à changer leur fusil d’épaule… Désormais, ils font l’inverse puisqu’ils cherchent des produits occidentaux à vendre à la classe moyenne chinoise qui grossit chaque jour à vue d’oeil… On annonce 300 millions de personnes environ dans cette fameuse classe moyenne qui fait rêver les businessmen du monde entier…

La société Indochine (Hangzhou) qui traite le textile de nombreuses sociétés au monde… Les « designer » chinois sont à pied d’oeuvre…

Petite visite avec mes petits copains de l’EM Lyon

Le rôle du parti communisme? Faire progresser et avancer le pays coûte que coûte avec des plans successifs et draconiens…

Après avoir discuté avec des chinois et des expats Français, je constate que nous n’avons pas non plus la même vision de cette sacro-sainte « notion » que l’on appelle « la démocratie »… Clairement, j’ai posé toutes les questions, j’ai pris toutes les photos, j’ai même fait « le con » (excuse maman pour ce vilain gros mot) dans les hall des business Center tous pourvus d’un gardien et bien rien… Pas même une petite remontrance… Autant à Dubai, j’avais senti le poids qui pesait sur la liberté d’expression, autant je n’ai rien senti  du tout à Shanghai… Tous mes interlocuteurs, français ou chinois m’ont fait comprendre que politique et économie étaient bien séparés ici et que tant que tout avançait vite et plutôt bien en Chine, ils n’avaient pas d’intérêt à se mêler de la chose publique… Pourquoi revendiquer quand les salaires progressent de 10 à 15% par an, que la croissance est toujours forte, que les infrastructures se développent à vitesse grand V, que le chomage avoisine (officiellement) les 3 %.
En fait, comme tout avance même socialement personne ne semble avoir trop de chose à revendiquer… Bon ok, ne soyons pas trop naif. J’imagine que tout n’est peut-être pas identique sur tout le territoire et puis rappelons que ni Google, ni de facebook ne fonctionnent en Chine (même si tout semble se détendre il reste surement une tradition du contrôle qui est encore tenace)… Je retiens juste que tout avance et que la tradition communiste des plans quinquennaux existe toujours… Dixit tous mes interlocuteurs, le pays fait de gros effort pour devenir Green mais le gouvernement ne peut pas tout faire en un coup de baguette magique… Il faut donc parfois arbitrer pour garder sa croissance car même si les chinois comblent leur retard à une vitesse grand V tout ne peut pas se faire en un jour…
Le tout électrique, par exemple, des 2 roues de Shanghai reste quand même un bruit inhabituelle pour mes oreilles de français… C’est surprenant de voir des centaines de personnes en « 2 roues » de tous types qui déboulent dans tous les sens dans un petit bruit presque imperceptible de moteur électrique… Oh les gars, c’est dangereux votre truc… Heureusement que vous êtes des as du klaxon parce que ici tout le monde roule un peu n’importe comment et franchement il faut rester vigilant… Même sur le trottoir tu peux te prendre un scoot en pleine face… Malgré cette lutte du premier qui avance qui passe, les accidents ne sont pas légion.

Visite à Hangzou d’un incubateur gigantesque de startup (1 milliard d’investissement)

On se croirait dans la Silicon Valley… Tous les chinois que j’ai rencontré chez Google cet été sont là :-))))

Petit rendez-vous avec quelques startupeurs… Encore des progrès à faire nos jeunes amis mais merci car votre anglais m’a permis de tout comprendre ;-)

Visite d’une usine de lampe LED… On se rapproche plus de l’image classique de la Chine…

Depuis Deng Xiaoping, les chinois inventent leur propre modèle d’un pays communiste avec une économie de marché…

Finalement la Chine est socialiste avec une économie de marché. Comme disait Coluche, c’est spécial mais il faut être connaisseur… La Chine invente son propre modèle et va devenir le leader économique du monde de façon tranquille et indolore car le chinois est plus dans la présence que dans le leadership… Inutile de montrer les gros bras à l’américaine ou de muscler son armée… Les chinois sont les spécialistes du jeu de GO… Ils dialoguent avec tout le monde… Ils vont naturellement vers une position centrale et tiendront bientôt la planète dans leurs mains sans prendre véritablement le leadership à vouloir imposer leur choix à tous… Le principe c’est de gagner la guerre sans livrer bataille ;-)Aujourd’hui, les chinois sortent de la Chine et investissent dans le monde entier… En 2017, c’est plus de 65 millions de chinois qui vivent hors de Chine et c’est plus de 20 pays au monde qui comptent une population de plus d’un million de chinois… Le « péril jaune » tant fantasmé par nos grands parents n’est-il pas en marche? Quand Trump menace la Chine, il sait très bien que c’est un leurre car la plus grosse part de la dette américaine est détenue… Par la Chine… IL fait un peu de cirque mais au fond de lui, il rit jaune… Ok je sors… :-(
Le prochain terrain de jeux des chinois sera l’Afrique et ses ressources car nos amis chinois ont quand même un big problème… Il faut nourrir 1,5 milliards de bouches or leur production de denrées alimentaires ne suffit plus… Regardez d’ailleurs comment ils investissent massivement actuellement chez nous dans les laiteries.
Aujourd’hui avec la constitution du « Bric » (Brésil / Inde / Afrique du Sud / Chine / Russie), on constate également que le jeu se tourne à l’Est pour les chinois. Si on regarde bien, la Chine est également le 1er partenaire de l’Arabie Saoudite alors que traditionnellement les yankees étaient les favoris… En clair, le monde change de sens et la Chine apparait de plus en plus comme un co architecte qui ne semble pas avoir mis la vieille Europe dans ses plans… Oups…
Bon j’arrête là car je ne suis pas un prof de géopolitique et il s’agit juste de ma synthèse sur ce que j’ai compris de mes rendez-vous et discussions… J’espère que je ne suis pas complètement hors des clous…

Faites tourner le plateau et vous pourrez déguster une bonne spécialité chinoise…

Si tu veux faire du business sans comprendre la culture chinoise, reste chez toi !

Pour finir, je reviendrai sur mon sujet central qui est ma rencontre avec des entrepreneurs français de Shanghai et d’Hangzhou… Tous sont des amoureux de la Chine qui vivent souvent là depuis 15 ans… Tous m’ont affirmé que l’Eldorado était fini et que désormais pour faire du business en Chine, il fallait aimer la Chine… Tous m’ont confirmé que pour réussir en Chine il fallait comprendre la Culture Chinoise… Tous m’ont dit qu’ils étaient heureux de vivre à Shanghai ou à Hangzou… Tous m’ont confirmé qu’il est aussi compliqué d’être entrepreneur en Chine qu’en France… Tous m’ont expliqué que le Turn Over était énorme à Shanghai car les gens changent de boite tous les 2 ans pour prendre 10 à 15% d’augmentation de salaire… Enfin, tous m’ont loué l’énergie et la rapidité où les choses avancent en Chine… Un pays où il fait bon entreprendre mais où l’herbe n’est peut-être pas plus verte qu’ailleurs… Juste un peu différente dans une société et une économie qui avancent à grand pas…

Interview de Alban Taraire – NETK5, Your IT Team

Interview de Milad Nouri – China Consultant I YOOSourcing

Interview de Bruno Lhopitau – SIVECO China

Interview de Laurent Ginioux – CreaStyle Shanghai Uniform Co., Ltd™ Au fait, j’oubliais… Si vous partez à Shanghai, n’oubliez pas les adresses chinoises car les taxis ne parlent pas l’anglais… Tu paumes l’adresse de ton hôtel et là tu sens que tu vas avoir du mal à rentrer ;-)

—-

Personnellement, je ne suis resté que 10 jours mais j’ai adoré Shanghai et son environnement… Installer une boite dans cette ville me paraît vraiment intéressant car beaucoup de choses se jouent en Chine… Vivre à Shanghai ou à Hangzou reste très cher car les loyers ont explosé mais  la communauté française est très soudée et à l’image de la Frenchtech il existe un dynamisme incroyable.

Je remercie les entrepreneurs et dirigeants d’entreprise français et chinois qui m’ont reçu à bras ouvert !!!
Un remerciement particulier à Greg Prudhommaux qui m’a bien piloté et en plus le gars était à l’école à Saint Genis Laval donc c’est forcément un mec bien… Et oui, le monde est tout petit… Sympa quand même de découvrir qu’un entrepreneur qui fait du marketing en Chine a usé ses culottes courtes dans la même école primaire que toi (Albert Mouton). Remerciement également à Milad qui m’a permis de rencontrer tous les entrepreneurs de son réseau… Enfin, mention spéciale à mon pôte Lucho (Luc Moreaux), camarade syndiqué… Heu camarade de promo à l’EM et qui a été longtemps directeur d’Usine en Chine et qui m’a apporté son aide.

Retrouvez ci-dessous quelques interviews de toute cette communauté économique française qui m’a permis de vivre cette expérience unique.

Interview de Laurent Ginioux – CreaStyle Shanghai Uniform Co., Ltd™

Interview de Grégory Prudhommaux – NextStep Services

Interview de Denis Lambert – altios international

Interview de Eric Caudal – Shanghai Elico Limited

Interview de Alban Taraire – NETK5, Your IT Team

Interview de Benoit Raoult – Jumo Group

Interview de Bruno Lhopitau – SIVECO China

Interview de Dov Azoulay – Asia Smart Consulting Limited

Interview de Milad Nouri – China Consultant I YOOSourcing

Michel Li – En cours de montage

—–
Quelques photos « bonus »

Des sourires et des rires…

Des sourires et des rires (bis)

Oublié le sourire car la nourriture chinoise a eu raison de moi pendant une journée… Dur de garder son enthousiasme quand vous avez l’impression d’être dans un bateau avec une bonne nausée…

 



Écrit par le